Selon un nouveau sondage national, 77% des Canadien.ne.s croient que les hommes et les femmes sont traitées différemment en politique

L'enquête a également montré que les programmes de mentorat et d'éducation destinés aux femmes, tels que l’initiative des Héritières du suffrage, étaient considérés comme étant essentiels pour accroître le nombre de femmes en politique.

(Ottawa, le 22 novembre 2018) Aujourd'hui, À voix égales Canada a publié les résultats d'une recherche exhaustive menée par Abacus Data sur l'implication des femmes en politique ainsi que la perception des femmes en politique. À voix égale prolongera également la date limite pour le dépôt des candidatures pour Héritières du suffrage de 2019 jusqu’au 6 janvier 2019.

Les objectifs de l’étude étaient de comprendre comment les femmes perçoivent le paysage et l’engagement politique, et ce qu’elles considéraient comme des obstacles potentiels à l’entrée en politique. Il visait également à identifier des stratégies concrètes que À voix égales pourrait poursuivre pour accroître la participation politique des femmes.

« En tant qu'organisation nationale multipartite existante depuis près de 20 ans, À voix égales dispose de nombreuses preuves anecdotiques montrant que les femmes élues sont traitées différemment de leurs homologues masculins », a déclaré Nancy Peckford, directrice générale de À voix égales.

« Ce qui est important, c’est que ces résultats montrent que les Canadien.ne.s, hommes et femmes, comprennent maintenant cette réalité - sans doute un premier pas pour changer le déséquilibre entre les sexes/genres dans la politique canadienne. »

Les principales conclusions de la recherche menée par Abacus Data sont les suivantes:

  • 77% des hommes et des femmes ont convenu que les femmes impliquées politiquement sont traitées différemment de leurs homologues masculins. Les hommes âgés de 18 à 29 ans sont beaucoup plus susceptibles que les hommes plus âgés de dire que les femmes sont traitées différemment en politique (35% contre 20% respectivement).
  • Il existe un fossé évident dans les connaissances politiques autodéclarées chez les hommes et les Lorsqu'on leur demande ce qu'elles savent de la politique, les femmes sont 19% moins susceptibles que les hommes de dire qu'elles en savent beaucoup / assez sur la politique.
  • Une femme sur cinq a envisagé de se lancer en politique. Cependant, le nombre d’hommes (âgés de 18 à 29 ans) considérant une vie en politique (qu’ils soient impliqués actuellement ou non) est près de deux fois plus élevé que les femmes du même groupe d’âge (43% et 24%,respectivement).
  • Les femmes interrogées ne voyaient pas leurs traits correspondre à ceux qu'elles utilisaient pour décrire les politicien.ne.s. Les femmes étaient beaucoup plus susceptibles de prescrire aux politicien.ne.s, plutôt qu'à elles-mêmes, les caractéristiques des personnes concurrentes, confiantes, à la peau épaisse et prenant des risques
  • Les obligations familiales, telles que la garde des enfants et les tâches ménagères, constituaient une très bonne / bonne raison pour 74% des femmes de ne pas être impliquées dans la politique.

« L'enquête montre que pour les femmes, les obstacles à l'entrée en politique sont superposés et sont encore bien réels en 2018 », a déclaré Peckford.

« La recherche nous a également donné des recommandations concrètes pour le changement, indiquant que des initiatives telles que des programmes de mentorat pour les femmes, ainsi qu'un programme d'éducation pour les filles afin de mieux comprendre les opportunités de participation politique, sont considérées comme étant extrêmement utiles. »

Peckford a déclaré qu’en réalité, le programme novateur des Héritières du suffrage (HdS) de À voix égales est conforme aux recommandations du sondage.

Le programme Héritières du suffrage de 2019 offrira à nouveau l'occasion à 338 jeunes femmes âgées de 18 à 23 ans - une de chaque circonscription fédérale - de prendre part à un programme de leadership politique multipartite unique en avril prochain à Ottawa.

Le programme de quatre jours des Héritières du suffrage comprend une séance à la Chambre des communes, un forum autochtone, des ateliers d’élaboration de politiques, des sessions de formation à la direction et de nombreuses occasions d’engagement avec des élu.e.s et des expert.e.s politiques de tous bords.

Remarque: Afin de garantir un bassin de candidates diversifié à l'échelle régionale, la date limite de dépôt des candidatures pour le programme des Héritières du suffrage de 2019 a été reportée au 6 janvier 2019 à minuit, heure normale du Pacifique. 

« La recherche que nous partageons aujourd’hui sera extrêmement utile pour orienter les travaux de À voix égales », a déclaré Peckford. « Nous espérons également qu'elle sera utile pour les nombreuses organisations et acteurs aux vues similaires, aux niveaux national et international, qui œuvrent d'arrachepied pour promouvoir l'équilibre entre les sexes/genres en politique aux côtés À voix égales. »

-30-

Méthodologie de la recherche: Abacus Data a organisé deux groupes de discussion (un avec des femmes de leur communauté et un avec des femmes en politique) au début de septembre 2018 et a interrogé 2 000 résident.e.s canadien.ne.s âgé.e.s de 18 à 18 ans du 14 au 18 septembre 2018.

Pour plus de renseignements, y compris pour organiser des entretiens avec les organisatrices de HdS et les déléguées de HdS 2017, veuillez contacter : 

Valérie Gervais valgervais@live.com613-741-9376