Décolonisation et droits autochtones

Durant la séance des Héritières du suffrage, 68 déléguées autochtones ont pris place à la Chambre des communes. C’est aux sons des tambours et d’un chant de guerrière que les femmes ont débuté la séance historique du 8 mars 2017.

Les déléguées, à la fois celles qui sont autochtones et celles qui ne le sont pas, ont précisé la question des droits autochtones et de la décolonisation comme importantes selon elles. Dans la foulée de la Commission de vérité et réconciliation et durant l’enquête sur les femmes et les filles autochtones manquantes et assassinées, ces questions sont cruciales pour l’avenir de notre pays.

Les Héritières du suffrage d’un océan à l’autre s’emploient déjà à changer le cursus scolaire, à améliorer les plateformes des partis et à participer à l’enseignement et à la réconciliation.

Deux déléguées ont été sélectionnées pour aider à saisir le savoir-faire et les expériences des Héritières du suffrage et à colliger et partager les renseignements et les ressources pour aider les autres jeunes femmes à apporter un changement.

Ally_FB_FR.jpgAlly Freedman
Ottawa-Centre

Ally est une femme métisse de sixième génération ayant déjà contribué un point de vue autochtone aux divers domaines et agi à titre de défenseure des droits des personnes autochtones. Actuellement, elle travaille chez Agriculture et Agroalimentaire Canada où elle promeut l’embauche des candidats autochtones qualifiés à tous les échelons de la fonction publique. Ally est aussi bénévole à l’École secondaire alternative pour Autochtones en milieu urbain et a travaillé aux côté de son père à éduquer et à former les représentants des secteurs privé et public à propos des peuples autochtones. Elle possède également des antécédents scolaires en réconciliation, colonisation, pensionnats, rafle des années 1960 et services de protection de l’enfance.

Dani_FB_FR.jpgDani Lanouette
Ottawa-Vanier

Dani est une anishinaabekwe de Neyaashiinigmiing (Ontario) et une algonquine du lac Barrière (Québec) et fait partie du clan de la Loutre. Dani a plaidé en faveur de classes d’études autochtones à son école secondaire et a réussi à faire instaurer des classes d’études autochtones dans toutes les écoles secondaires du Conseil scolaire catholique d’Ottawa. Elle possède des antécédents scolaires en Études autochtones et prévoit entreprendre un baccalauréat ès Arts avec spécialisation en Études autochtones. Elle est aussi bénévole auprès d’Échange Racines Canadiennes, un organisme sans but lucratif axé sur la décolonisation et le rattrapage des écarts entre jeunes autochtones et non autochtones, y compris l’animation d’ateliers et de simulations d’exercices et la direction d’échanges jeunesse dans la ville de Kuujjuaq, au Nunavik (Québec).

Mises à jour

Les Héritières du suffrage parlent des droits autochtones à la Chambre des communes

Durant la séance historique des Héritières du suffrage, plusieurs déléguées se sont levées de leurs sièges pour soulever la question des droits autochtones, y compris l’éducation, la santé mentale et la sécurité énergétique.

11 09 2017 21h56
Lire la suite