Des Héritières du suffrage témoignent devant le Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des communes

Durant la semaine historique des Héritières du suffrage, cinq déléguées ont témoigné devant le Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des communes.

Visionnez leur témoignage ou lisez le compte rendu.

  • La déléguée du Manitoba Shania Pruden a parlé au comité à propos de la violence faite aux femmes autochtones, plus particulièrement la violence et les assassinats commis par des étrangers. Shania a parlé de ses propres expériences et a rappelé au Comité du meurtre de Tina Fontaine comme d’un appel à l’action.

  • Alana Robert, également du Manitoba, a discuté du besoin de prévention de la violence sexualisée sur les campus et a partagé son savoir-faire à titre d’étudiante en droit et fondatrice de plusieurs organismes et initiatives de lutte contre la violence, notamment Justice pour les femmes du Manitoba, un centre de ressources contre la violence à caractère sexuel et une série d’ateliers sur la culture du consentement à l’intention des dirigeants étudiants.

  • Natasha Kornak, héritière du suffrage pour la Confédération de Calgary, a résumé le besoin d’un projet de loi sur les droits des survivantes et survivants et a lancé un appel au comité pour qu’il amorce le processus de législation de normes à l’intention des établissements postsecondaires pour faire en sorte qu’ils offrent les services nécessaires aux survivantes et survivants d’une agression sur les campus. Natasha a comparu devant Power and Politics pour discuter de son expérience d’héritière du suffrage, de son travail sur la violence sexualisée et des rencontres auxquelles elle a participé, y compris avec le premier ministre Justin Trudeau, pour inciter les dirigeants à passer à l’action.  

  • Aygadim Majagalee (Teanna Noel) Ducharme, déléguée de Skeena-Bukley Valley, a témoigné sur le thème des droits de la personne et du lien entre la violence faite à la terre et la violence faite aux femmes autochtones.

  • Elisabeth Gendron, déléguée de Trois-Rivières, a invité les députés de tous les partis à traiter des inégalités judiciaires dans le domaine du droit de la famille. Son témoignage a attiré l’attention aux façons dont le droit ne protège pas suffisamment les femmes qui subissent de la violence conjugale.