Un nouveau sondage montre que le quart de la population du Canada croit que la parité entre les sexes au Parlement «n’arrivera jamais»

Un sondage réalisé par Abacus Data et À voix égales indique que le Canada doit redoubler d’efforts pour promouvoir l’avancement des femmes en politique.

 

OTTAWA, le 6 mars 2017 – Sont publiés aujourd’hui les résultats d’un nouveau sondage national produit par Abacus Data et À voix égales qui examine les perceptions et perspectives de la population canadienne sur les femmes en politique. Les conclusions indiquent notamment que les gens surestiment le nombre de femmes en politique, et envisagent avec beaucoup d’optimisme le nombre d’années nécessaires pour atteindre la parité des sexes en politique (par rapport à la lenteur des progrès réalisés à ce jour). De plus, plusieurs répondants croient que les partis politiques doivent redoubler d’efforts pour recruter des candidates.

Selon le sondage, 58% des Canadiennes et des Canadiens croient qu’il y a «trop» ou «le bon nombre» de femmes en politique au pays, malgré le fait qu’en moyenne, les gens ont estimé à 31% le nombre d’élues à la Chambre des communes.

«En réalité, seulement 26% des sièges à la Chambre des communes sont occupés par des députées. Il reste donc beaucoup de travail de sensibilisation à faire pour pallier la sous-représentation systémique des femmes au Parlement et dans les assemblées législatives partout au pays», affirme Nancy Peckford, directrice générale d’À voix égales.

Le sondage d’Abacus indique également qu’une majorité de la population croit qu’il faudra «18 ans ou plus» pour atteindre la parité à la Chambre des communes, alors que 25% pensent que cela n’arrivera jamais.

Les opinions sont partagées sur la représentation insuffisante des femmes à des charges publiques. Près de 30% des réponses ciblent les aspects négatifs et antagonistes inhérents à la politique, 28% croient que les partis politiques ne recrutent pas assez de femmes, et 26% évoquent les obligations familiales.

Dans ce dernier cas, on remarque des différences d’opinion entre les sexes et les générations, 32% des femmes ayant répondu que les partis politiques ne recrutent pas assez de femmes dans des circonscriptions gagnables, par comparaison à seulement 24% des hommes. Seulement 13% des membres de la génération Y (18 à 36 ans) croient que ce sont leurs obligations familiales qui empêchent les femmes de briguer les suffrages, alors que près de 27% des babyboomers (52 ans et +) pensent la même chose.

Pis encore, seulement 40% ont répondu qu’ils recommanderaient à une femme de leur entourage de briguer une charge publique, alors que 22% «ne recommanderaient définitivement pas» une carrière politique.

«À moins d’un changement radical, il va falloir beaucoup plus de temps pour atteindre la parité que le nombre d’années indiqué dans le sondage», déclare Grace Lore, chercheuse principale d’À voix égales. «C’est pourquoi des initiatives comme Héritières du suffrage sont cruciales pour combler le plus vite possible l’écart entre les sexes en politique. Nous voulons aussi nous assurer que les enjeux qui touchent toute la population soient représentés de manière appropriée aux tables où se prennent les décisions importantes.»

«Les femmes pensent que les partis politiques ne recrutent pas assez de candidates dans des circonscriptions gagnables. Le nombre de candidates a un lien direct avec le nombre d’élues», ajoute Nancy Peckford. «C’est une invitation ouverte aux partis politique de passer à l’action».

Lors de la conférence de presse, la présidente de la Fédération canadienne des enseignantes et des enseignants, Heather Smith, a déclaré «La Fédération représente des dizaines de milliers d’enseignantes et d’enseignants qui sont de fervents promoteurs de la démocratie et des droits humains des femmes. Les résultats du sondage sont décevants et illustrent tout le chemin qui reste à parcourir pour que les femmes soient pleinement représentées à tous les paliers de gouvernement. C’est pourquoi la Fédération est fière de s’associer à l’initiative Héritières du suffrage d’À voix égales qui va transformer les choses pour beaucoup de personnes.»

Héritières du suffrage célébrera la Journée internationale des femmes, le mercredi 8 mars 2017, en rassemblant 338 jeunes femmes – une pour chaque circonscription fédérale au Canada – qui vont participer à un événement historique à la Chambre des communes en «prenant leur place» au Parlement et commémorer le centenaire de l’obtention par une minorité de femmes du droit de vote aux élections fédérales.

Ces 338 jeunes leaders, âgées de 18 à 23 ans, faisaient partie des plus de 1 500 candidates au programme HdS dans tout le Canada. Elles ont été choisies par À voix égales, en collaboration avec des leaders communautaires, en fonction de leur potentiel de leadership, leur intérêt pour les enjeux de politiques publiques et leur engagement communautaire.

Héritières du suffrage vise à mettre en lumière le cheminement toujours inachevé et souvent semé d’embûches vers une pleine et entière participation politique des femmes à tous les paliers de gouvernement au Canada – et à préparer les leaders de demain.

Pendant la conférence de presse, Teanna Noel Ducharme, déléguée d’HdS pour la circonscription de Skeena-Bulkely Valley en Colombie-Britannique et membre de la Nation Nisga’s a déclaré, «Il est difficile de faire élire plus de femmes à des postes de leadership dans de nombreuses Premières nations. Trop de gens sont satisfaits du statu quo. Les femmes sont nettement sous-représentées lors de la prise de décisions ayant des répercussions sur le bien-être des jeunes, des femmes et de l’ensemble de nos communautés.» 

Les femmes occupent présentement 26 % des sièges à la Chambre des communes. Nous n’avons que trois premières ministres dans tout le pays. Les conseils municipaux comptent à peine 28% de femmes (en moyenne) et un piètre 18% des maires sont des femmes. Elles sont également peu représentées dans les conseils de bande. Le Canada occupe un lointain 63e rang dans le monde sur la liste des Femmes dans des Parlements nationaux de l’Union interparlementaire.

Les résultats du sondage sont accessibles au http://wp.me/p48at8-2Gw. À voix égales est une organisation multipartite ayant des chapitres dans tout le Canada. Pour plus d’information visitez www.equalvoice.ca

Contacts:

Valerie Gervais: 613.741.9376 ou valerie@equalvoice.ca